Nous suivre
blank

Football

Ansou Diadhiou coach du Casa Sports: « Maintenant nous à notre niveau, ce qui nous intéressait c’était de gagner la coupe parce qu’on a perdu trois finales avant celle-là »

Dix ans après, le Casa Sports remporte sa troisième coupe du Sénégal en s’imposant 1-0 face aux académiciens du Diambars Fc.  Auteurs d’un match pour le moins tactique, les sudistes dans un football de transition maitrisé, ont réussi à faire déjouer les plans de Bruno Rohart coach de Diambars. 

Ansou Diadhiou revient pour nous, sur les clés tactiques du match du coté du Casa Sports.  

 

Lors de la finale on a vu une équipe du Casa Sports prudente, qui a évolué en transition. Est-ce une approche tactique ponctuelle pour empêcher Diambars de dérouler ou bien le Casa a joué son football de tous les jours ? 

Depuis que nous avons eu connaissance de notre adversaire pour la finale, nous avons changé  notre approche tactique de manière générale. Diambars c’est une académie, on savait qu’ils allaient vouloir garder le ballon, montrer ce dont ils sont capables, d’autant plus qu’ils ont un entraîneur blanc. Nous avons alors fait le pari d’aller les chercher haut, dans la limite du possible et procéder en transition quand ils seront désorganisés. Le Casa c’est une équipe qui joue au football, d’ailleurs les médias parlaient d’un match ouvert, avec du jeu avant la finale. Maintenant nous à notre niveau, ce qui nous intéressait c’était de gagner la coupe parce qu’on a perdu trois finales avant celle-là. Est-ce qu’on va continuer à être une équipe joueuse et perdre des finales, ou il faut gagner la coupe pour stabiliser l’administration du Casa ? Vous n’êtes pas sans savoir qu’il y a eu des problèmes ces dernières années que la coupe devait être un élément stabilisateur au niveau du comité directeur et de l’administration générale du Casa.

 

On a vu un Casa Sports très bien organisé dans un bloc bas médian en 442 et sur certaines séquences une équipe haute, avec la volonté d’étouffer la relance adverse. Au sortir de ce match est-ce que globalement vous êtes satisfait de la prestation de vos joueurs dans ce registre ou bien il y a des choses à améliorer ? 

Oui il y a des choses à améliorer, surtout après avoir récupéré le ballon. Nous avons utilisé les trois formes de blocs: bas, médian et haut. On a essayé d’expliquer aux joueurs quand est-ce qu’il faut être dans un bloc haut, quand est-ce qu’il faut être dans un bloc bas et quand est-ce qu’il faut être dans un bloc médian, ce qu’ils ont parfaitement réussi. Nous avons aussi travaillé les transitions, pour profiter des espaces laissés par les latéraux. Ce qui n’a pas marché, c’est la gestion de la possession à la récupération du ballon. Les joueurs se précipitaient pour attaquer, alors qu’on avait les ressorts techniques pour la conserver et obliger l’adversaire à courir. Par moment, on a rendu trop facilement les ballons à Diambars. C’est l’un des axes de progression en vue de la prochaine saison.

 

Alioune Badara Faty et Ousmane Diouf ont été du côté du Casa les joueurs qui sortent totalement du lot pour la finale. Quelles sont les ambitions du Casa pour ces garçons ? Pourrait on les retrouver en ligue1 la saison prochaine ?

Pour le moment je ne saurais dire, tout dépend de ceux qui sont entrain de travailler sur leur transfert ou sur les contacts qu’ils ont, ce que je peux dire c’est que se sont des garçons qui ont été obligé de hausser leur niveau, car la concurrence est omniprésente. Faty a été absent pendant treize matchs et son remplaçant a été vraiment à la hauteur, cette finale c’était pour lui, une manière de dire qu’il était toujours là. Pour Ousmane Diouf pratiquement sur toutes les phases aller il a été absent, il y a eu Alieu Thiam et Ablaye qui ont eux aussi été bons pendant son absence. Un peu comme Faty son match est un message à l’endroit du coach et de ses concurrents.

On peut dire donc que la concurrence est positive pour un groupe ? 

Oui, une concurrence saine qui reste dans le cadre sportif.  Le message à l’endroit des joueurs a été de leur faire comprendre que cette concurrence est un levier pour maintenir haut les niveaux de performances individuelles. Chacun devait donner son maximum pour le bien de l’équipe, et le coach allait par la suite faire les choix qu’il  juge opportun.

 

Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A voir

Annonce

Plus Football