Nous suivre
blank

Football

Quand les footballeurs mettent le pied dans les questions sociétales

Les footballeurs sont de plus en plus nombreux à s’engager et à essayer de peser de tout leur poids sur les sujets qui concernent la société. Mais prendre position peut parfois s’avérer délicat. Car si certains s’en tirent plutôt bien et sont érigés en modèle, Idrissa Gana Guèye, lui, a été jeté dans la fosse aux diables.

Les footballeurs n’hésitent plus à sortir des sentiers battus des réflexions dominantes. Ils ne suivent plus, comme un troupeau, tout ce qui se présente à eux. Ils n’ont plus peur d’aller à l’encontre des codes sociaux. Ils sont de plus en plus nombreux à refuser d’associer leur image à certaines marques ou causes qu’ils ne veulent pas promouvoir. Malgré les risques que ça comporte pour leur carrière et sur le plan individuel (insultes, attaques gratuites, menaces, etc.). Car un joueur qui prend position peut vite se retrouver au cœur d’une tempête médiatique. Tout dépend de son aura et de la sensibilité du sujet. Il y a des questions qui passent crème. Les donneurs de leçons avec leur condescendance les approuvent. Ils érigent même en modèle ceux qui osent briser ces conventions sociales. Mais il y en a d’autres qui peuvent avoir un effet boule de neige.

Ronaldo et Pogba retirent des bouteilles des sponsors

Cristiano Ronaldo, lors de l’Euro 2021, fait beaucoup parler de lui. De même que Paul Pogba. Le Portugais est connu pour son exigence. Conscient des conséquences néfastes des boissons gazeuses sur la santé, il se permet d’écarter deux bouteilles Coca-Cola, sponsor officiel de la compétition, placées devant lui, pour montrer une bouteille d’eau minérale. Ce geste d’humeur et d’engagement ne suscite pas (publiquement) l’ire de la marque américaine, qui a pourtant investi 35 millions de dollars, pour valoriser son image. Elle voit sa valeur boursière tomber après cet acte (perte de 4 milliards de dollars). L’UEFA, quoique embarrassée (elle finance la compétition grâce aux revenus liés au sponsoring et aux droits TV), ne souhaite pas frustrer le vainqueur de l’Euro 2016. L’instance déclare qu’ « aucune procédure disciplinaire ne serait ouverte à l’encontre de Cristiano Ronaldo. » Qui voudrait se mettre en porte-à-faux avec le quintuple Ballon d’Or avec son influence planétaire? Quand au Français, il imite CR7 en retirant une bouteille de Heineken, sponsor premium (45 millions de dollars). Le Mancunien, de confession musulmane, contrarié certainement par la présence de la bouteille (sans alcool), veut également marquer son approbation. La firme néerlandaise est surtout connue pour sa fabrication de bière avec alcool, dont les effets sur la santé ne sont plus à démontrer. Les deux footballeurs, qui ont une responsabilité contractuelle, s’en tirent avec un simple rappel à l’ordre.

Refus de mettre le genou au sol

Après la disparition de Georges Floyd, mort asphyxié par un policier blanc, le mouvement Black lives matter (La vie des noirs compte), créé aux États-Unis en 2013, prend de l’ampleur. L’action de la communauté afro-américaine, qui milite contre le racisme systémique et les violences policières envers les personnes racisées, s’invite sur les terrains de football. En Angleterre, les joueurs se montrent solidaires avant chaque rencontre. Mais un parmi eux refuse de mettre le genou au sol. Il s’agit de Wilfried Zaha. L’international ivoirien, qui préfère rester debout, s’en explique:  » (…) Personnellement, je pense que s’agenouiller est devenu une partie de la routine d’avant-match et, pour le moment, peu importe que nous nous agenouillions ou que nous nous tenions debout, certains d’entre nous continuent de subir des abus sociaux. » Le joueur de Crystal Palace se désolidarise de ce protocole. Car en réalité, rien ne change, même si des efforts sont faits. Plusieurs joueurs noirs de Premier League (Buyako Saka, Anthony Martial, Alex Tuanzebe, Reece James…) sont victimes d’insultes racistes sur les réseaux sociaux. Lors de l’Euro 2021 face à l’Allemagne, les Bleus, qui ont déjà posé le genou à terre lors du match amical contre le Pays de Galles (image non diffusée à la télé à cause de la publicité), se ravisent au dernier moment. Des élus de la droite et d’extrême droite s’emparent de l’affaire.

Mbappé, un casse-tête pour la FFF

A l’instar de Cristiano Ronaldo et de Paul Pogba, Kylian Mbappé s’engage aussi sur les questions liées à la société. L’international français, qui veut un droit de regard, tient à être maitre de son image. L’attaquant tricolore ne souhaite pas apparaitre sur n’importe quelle affiche publicitaire. Et c’est un vrai casse-tête pour la Fédération française de football (FFF). Au mois de mars, le natif de Bondy refuse de se plier à une opération marketing avec certains sponsors des Bleus. Comme le Portugais, le Parisien a une telle aura qu’il tord le bras à la FFF et l’oblige à s’asseoir à la table des négociations. Noël Le Graët se montre ferme au début: « S’il n’accepte pas le fonctionnement, il n’aura pas d’argent, c’est tout », déclare l’ancien président de Guingamp dans L’Equipe. Une sortie peu appréciée par le clan Mbappé. Le boss de la FFF finit alors par tenter de désamorcer la bombe: « Il n’y avait rien de méchant dans ce que j’ai dit. Il faut qu’on se voie. Cela rentrera dans l’ordre, ce n’est pas une affaire d’Etat. » L’ancien joueur de Monaco, qui ne veut pas voir son visage associé aux marques de restauration rapide et de paris sportifs (qu’il estime être un danger, pour les jeunes, notamment) car ne correspondant pas à ses valeurs, a de grandes chances de gagner ce bras de fer commercial. Alors que la convention signée par tous les joueurs (Kylian Mbappé a signé la sienne en mars 2017 lors de sa première sélection) les oblige à se soumettre aux opérations promotionnelles. L’attaquant du PSG est érigé en modèle, pour avoir défendu ses convictions.

Guèye et le boycott de la journée consacrée à l’homophobie

Sur les questions de société, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Et Idrissa Gana Guèye l’a appris à ses dépends. Bien qu’ayant effectué le déplacement à Montpellier avec le Paris Saint-Germain, le Sénégalais ne participe pas à cette journée dédiée à la lutte contre l’homophobie. Le Parisien ne souhaite pas arborer le maillot arc-en-ciel (couleurs de la communauté LGBT+) parce que ne cadrant pas avec ses convictions religieuses. Ce boycott passe très mal. Le Lion de la Téranga se retrouve au cœur d’une tempête médiatique. Ses valeurs se heurtant à la vision de certains Français, qui mettent toute leur énergie pour s’offusquer de l’attitude du joueur formé par Diambars. Ils lui reprochent sa liberté de porter ses propres combats. L’histoire devient une affaire d’Etat à cause de la pression accrue d’une partie de la société française, qui sonne la cloche de l’indignation sélective. Face au tollé médiatique, le Président de la République du Sénégal, apporte son soutien au Champion d’Afrique. Comme la grande majorité de ses compatriotes, qui se dressent comme un bouclier, contre la vague de commentaires, parfois très déplacés, allant à l’encontre des principes d’Idrissa Gana Guèye. Pas sûr que cela suffise à fléchir la position de ceux qui ont une vision contraire des valeurs défendues par Idrissa Gana Guèye.

 

1 Commentaire

1 Commentaire

  1. blank

    DIAMANKA

    20 mai 2022 au 06:50

    Gana Gueye est notre fièrté nous le soutenons il a le droit de refuser de porter ce maillot il est libre

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A voir

Annonce

Plus Football