Connect with us

Football

Contribution: Le Sénégal comme pays organisateur de la CAN 2027 ?

La seule et unique fois où le Sénégal a accueilli le gratin du football continental, c’était en 1992. Le stade Léopold Sédar Senghor de Dakar et le stade Aline Sitoé Diatta de Ziguinchor avaient abrité cette première CAN à 12 équipes. Et si le défi de la participation fut un énorme bide avec cette élimination en quart de finale par le Cameroun (0-1), il n’y a pas eu grand-chose à redire pour celui de l’organisation. Près de 30 ans après, en 2021, c’est peu dire que le Sénégal n’est assurément pas outillé pour servir d’hôte à la plus grande compétition sportive continentale. La preuve, aucune infrastructure du pays n’a été jugée apte par les instances internationales (CAF et FIFA) à abriter les éliminatoires du Mondial 2022. Fort heureusement, le report des deux premières journées de juin à septembre permettra aux autorités sportives de procéder à des travaux de réfection au stade Lat Dior de Thiès. 

C’est dire que le Sénégal est encore assez loin des exigences du cahier des charges de la CAF pour l’organisation de la CAN. Mais devrait-il pour autant renoncer à toute prétention à accueillir l’Afrique du foot dans un futur proche ? Assurément non. Ce samedi 15 mai, à l’occasion de sa réunion prévue à Kigali (Rwanda), le Comité exécutif de la CAF a inscrit en bonne place à son ordre du jour ses résolutions sur l’ouverture des candidatures à l’organisation de la CAN 2027. Et cela devrait faire tilt dans la tête du président de la FSF, frais émoulu 1er vice-président de la CAF, qui prendra part au conclave. Même si Me Augustin Senghor se gardera sans doute de faire part d’une éventuelle aspiration à l’organisation de la CAN par son pays qui n’a actuellement pas un seul stade aux normes, un statut partagé avec des petits pays de foot comme le Tchad, le Sud-Soudan, Sao Tome et Principe, etc.

2027, c’est dans un peu plus de cinq ans. Et selon les projections faites par le ministre des Sports, Matar Ba, lors de ses récentes (et nombreuses) sorties dans les médias à propos des infrastructures sportives, le Sénégal devrait être, sous peu, bien doté en stades. À commencer par le stade olympique de Diamniadio avec ses 50 000 places et ses commodités ultramodernes qui devrait être réceptionné dès février 2022. Mais aussi la réfection attendue du stade Léopold Sédar Senghor et la reconstruction du stade Demba Diop qui passera stade fédéral. Sans oublier le relookage du stade Iba Mar Diop en direction des Jeux olympiques de la Jeunesse (JOJ) 2026, la délocalisation du stade Me Babacar Sèye pour la construction d’un stade Omnisport à Saint-Louis, la réfection du stade Aline Sitoé Diatta, etc.

Au total, à l’horizon 2024 déjà, le Sénégal du football devrait être nanti d’une bonne charpente d’infrastructures pouvant lui permettre d’envisager l’organisation d’une CAN sans coup férir. Entre Dakar (Léopold Sédar Senghor, Demba Diop, stade olympique de Diamniadio), Thiès (stade Lat Dior), Ziguinchor (Aline Sitoé Diatta) et Saint-Louis (nouveau stade Omnisports), le Pays de la Téranga devrait être outillé pour accueillir les 24 sélections devant prendre part à la CAN 2027. Les autorités pourraient même donner un cachet sénégambien à l’événement en associant Banjul qui pourrait abriter une des six poules de la compétition. Dans la foulée des JOJ Dakar 2026, une CAN Sénégal 2027 devrait définitivement mettre les infrastructures sportives à la hauteur du prestige du sport national…

Hubert Mbengue

Stade Léopold Sédar Senghor, Dakar

Stade Demba Diop, Dakar

Stade Aline Sitoé Diatta, Ziguinchor

Stade du Sénégal, Diamniadio

Stade Iba Mar Diop, Dakar

Hubert Mbengue

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles récents

Commentaires récents

Tags

More in Football