Nous suivre
blank

Football

Joop’s eye: Paris Saint-Germain vs Manchester City : Analyse d’avant match

Pour le compte de la deuxième journée des phases de poules de la ligue des champions, le Paris Saint-Germain reçoit Manchester City, dans un match aux allures galactiques. Auteur d’un match pour le moins décevant face aux belges du Club Bruges, les franciliens n’ont pas d’autres options que de gagner ce match, pour se maintenir dans la course à la première place. Bousculés, poussés dans leur dernier retranchement, les coéquipiers de Kylian Mbappé auront à cœur de montrer qu’ils sont une équipe sur laquelle il faudra compter. Les cityzens qui se sont largement défaits des allemands du RB Leipzig, devront confirmer leur début de saison assez sensationnel face à un adversaire de la trempe du PSG.

Quel opposition en perspective ? Quelles seront les clés du match de part et d’autre ?

Attention au pressing des cityzens

L’un des principes de jeu les plus marquants des équipes de Pep Guardiola, c’est leur capacité à mettre en péril toute l’animation offensive des adversaires par leur pressing à la perte redoutable. Samedi encore face à Chelsea, on a pu constater sur l’ensemble du match l’efficacité et la dangerosité de ce contre-pressing.

blank

Avec un bloc haut, et pas moins de huit joueurs de champs dans la deuxième moitié du terrain , l’adversaire est pris à la gorge. Le porteur du ballon est isolé de ses coéquipiers, puis enfermé dans une sorte de trappe. L’objectif est de couper toute solution de passe et tout soutien de ses coéquipiers. Cette façon de presser assez originale, a  totalement fait dérouter les plans de Thomas Tuchel, surtout à la relance. Et pourtant les blues disposent de joueurs avec des qualités individuelles leur permettant de pouvoir jouer sous pression, aucun d’eux : Kovacic, Jorginho ou encore Kanté n’a réussi à se défaire globalement de ce mécanisme de récupération. Le PSG sans Verratti se verra très clairement mis en difficulté dans ce domaine précis du jeu. Les parisiens sont connus pour leur inconfort face à des équipes qui mettent de l’agressivité et de l’impact sans ballon. Face à Bruges et l’Olympique Lyonnais, le PSG a montré énormément des lacunes dans ce registre. Cette opposition sera déterminante dans l’issu du match pour les deux équipes. Un joueur comme Léandro Paredes pourrait avoir un rôle très déterminant pour le PSG, c’est le profil de l’équipe qui se rapproche le plus des qualités de Marco Verrati. Il a cette aisance technique, cette vision de jeu et ce sang-froid nécessaire pour permettre à son équipe de ressortir proprement sous pression. Des garçons comme Neymar ou encore Messi, pourront par le décrochage, eux aussi permettre à l’équipe de souffler.

Paris sait aussi presser !

Le PSG est la deuxième équipe la plus performante dans le domaine du pressing en ligue 1 derrière Monaco. Son PPDA ( passes adverses par action défensive dans le camp adverse ) est de 9,44. Un chiffre très proche des 8,31 de Manchester City qui est la deuxième meilleure équipe dans le pressing en Angleterre. Avec des garçons comme Idrissa Gueye et Ander Herrera, les parisiens ont les armes pour surprendre les cityzens dans leur moitié de terrain. Pour répondre à ce défi d’intensité et d’impact, Pep Guardiola pourrait compter sur un joueur comme Bernardo Silva qui a montré contre Chelsea qu’il a les capacités techniques et la vista nécessaire, pour à lui tout seul casser un pressing, peu importe sa fréquence et son efficacité. Dans un rôle assez hybride, par ses décrochages sans fin, il offre toujours des solutions de sorties à ses coéquipiers pris dans le piège du contre-pressing.

blank

 

La gestion de la profondeur un défi de part et d’autre

Les deux équipes sont connus pour être très fortes offensivement. 23 pour le PSG et 24 pour CITY toutes compétitions confondues. Par contre défensivement, les choses ne sont pas aussi parfaites. Les deux équipes présentent à quelques exceptions près, les mêmes lacunes.

City laisse énormément d’espaces dans le dos de ses latéraux, du fait de cette volonté assumée d’attaquer en surnombre en plaçant son bloc équipe ultra haut. En transition, l’adversaire peut exploiter ses espaces pour trouver la faille. Avec la vitesse de Kylian Mbappé, ça peut-être, pour le PSG la clé du match, comme ça le fut contre le Barca au NOU CAMP. En outre, on peut évoquer le manque d’impact et d’agressivité des cityzens dans les duels aériens. Contre Leipzig, ils ont encaissé deux buts faciles de la tête de Christopher Nkunku.

blank

Pour Paris, c’est la gestion de la profondeur et la capacité à prendre l’information défensive qui pose problème en ce début de saison. Face à Lyon sur le but de Paquetta, ce manque de scan défensif à été très bien visible. Marquinhos s’est focalisé sur le porteur du ballon, oubliant ainsi, l’espace dans son dos à défendre. Nuno Mendes sensé couvrir cet errement, est en retard de 2 ou 3 mètres. Face à une équipe de City qui attaque en surnombre, ça peut-être vraiment dommageable.

blank

 

En définitif, on a deux équipes qui se ressemblent énormément, elles partagent les mêmes forces et les mêmes faiblesses pratiquement. Pour ce match, au delà de tout ce qu’on à pu dire, le rôle des gardiens sera à mon sens déterminant pour la victoire finale.

 

Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A voir

Annonce

Plus Football