Nous suivre
blank

Basketball

LNB – Youssou Ndoye: « Il n’y a que des Américains et un Sénégalais ici… »,

Dans la sélection Monde du All Star Game by Gorillas figurent 11 Américains et… 1 Sénégalais. Une singularité qui fait la fierté de Youssou Ndoye, l’un des postes 5 les plus dominants de Betclic ÉLITE, également doté d’une histoire peu commune.

« Je représente le monde ici donc je vais vous parler Français », rigole Youssoupha Ndoye en conférence de presse, devant la petite dizaine de journalistes réunie dans les entrailles de l’Accor Arena. Il est vrai que sans le pivot d’Orléans, la sélection Monde aurait pu être renommée autrement, Team USA par exemple. « Il n’y a que des Américains et un Sénégalais ici », pointe-t-il à juste titre. Tout juste rajoutera-t-on, en prenant en compte l’ensemble des All Stars, Williams Narace, le Franco-Camerounais du Mans, et Giovan Oniangué, l’ailier franco-congolais de l’Élan Béarnais.

“Orléans, la bonne décision”

Ancienne figure de la JL Bourg, d’ailleurs ovationné hier par Ékinox pour son premier retour en Bresse, Youssou Ndoye a retrouvé les joies du championnat de France cette année après un exil contrasté en Espagne. Au Bétis Séville, dans la droite lignée d’une saison 2019/20 timorée avec Nanterre (9,3 points à 60% et 4,9 rebonds), l’international sénégalais a vécu une expérience inégale en Liga Endesa (11,6 points à 57% et 5,3 rebonds), marquée par des performances collectives décevantes (15e du championnat). Revenu en Betclic ÉLITE où il s’est imposé comme le meilleur rebondeur du championnat (18,1 points à 54% et 8,4 prises), le champion de France Pro B 2017 est désormais pleinement épanoui dans le Loiret, lui qui peinait à trouver chaussure à son pied depuis son départ de Bourg-en-Bresse. « Je peux dire que c’était une bonne décision de revenir en France. Tout se passe bien collectivement et individuellement. En tant que joueur, tu ne peux rien demander de plus. Ici, au All Star Game, je représente toute l’équipe d’Orléans. Je dois féliciter mes coachs et mes coéquipiers car ce sont eux qui m’ont mis dans de bonnes conditions pour être All Star. »

Parties de foot cachées et Tim Duncan…

Youssou Ndoye le doit aussi évidemment à sa force de travail, lui qui est parti avec énormément de retard… de par sa faute ! Fils d’une ex-internationale sénégalaise et multi-championne d’Afrique, Penda, il a toujours rechigné à se mettre au basket malgré les supplications de sa mère. Lors de ses jeunes années à Dakar, il avait même pris l’habitude de faire croire à ses parents qu’il allait à l’entraînement de basket avant, en réalité, de filer sur les terrains de terre rouge pour jouer au foot avec ses amis et de se doucher chez l’un d’entre eux afin de ne pas éveiller les soupçons. Ce n’est qu’à 17 ans, en 2008, qu’il s’investira pleinement dans la balle orange. Et lorsque l’on commence si tard, quel meilleur professeur particulier que le légendaire Tim Duncan pour rattraper son retard ? Rapidement parti aux États-Unis dans un lycée du Maine puis à l’université de Saint-Bonaventure, il intègre le giron des San Antonio Spurs en 2015, en vue de la saison de D-League, et séduit le meilleur ailier-fort de l’histoire lors du training camp. « Avec Tim, on s’entrainait souvent ensemble avant les séances collectives », avait-il raconté en 2019 au site BeBasket. « On venait tôt et il me montrait tous ses petits trucs. Une fois, on est même allé à la piscine ensemble pour faire des courses. Il était très gentil avec moi. »

Un an après avoir tenté de battre Tim Duncan au crawl, Youssou Ndoye s’est donc retrouvé en Pro B, recrue anonyme de la JL Bourg lors de l’été 2016. Un vrai pari à l’époque. On sait ce qu’il est advenu depuis. Désormais, ce sera peut-être à son tour de prendre des Américains sous son aile, lui qui est l’un des rares de la sélection Monde avec David Holston, John Roberson et Chris Horton à avoir déjà connu les joies d’un All Star Game. C’était en 2018, lors de sa dernière saison dans l’Ain. « C’est toujours un honneur d’être sélectionné parmi les meilleurs joueurs du championnat. On va juste prendre du plaisir et essayer d’offrir un vrai show aux spectateurs et à nos familles qui vont regarder ça à la télé. Et avec la prime qui a été instaurée, je pense que le match sera un peu différent de celui de 2018, sûrement plus compétitif ! »Du spectacle et du suspense, l’Accor Arena ne demande que ça. Et si jamais il se renseigne sur la carte de visite actuelle de son ex-protégé, Tim Duncan sera sûrement fier de découvrir ce qu’il est devenu.

Avec LNB

Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A voir

Annonce

Plus Basketball