Nous suivre
blank

Football

Organisation Sénégal/Bénin : La FSF revoit sa stratégie

Sanctionnée sévèrement par la FIFA après les débordements lors du match entre le Sénégal et l’Egypte aux barrages à la coupe du monde, la Fédération sénégalaise de football annonce des mesures strictes pour interdire les lasers, éviter les jets de bouteilles avec une présence de 800 gendarmes attendus.

 

Dans la soirée, le Sénégal recevra pour la première fois au stade Me Abdoulaye Wade depuis la qualification à la coupe du monde face à l’Egypte. Récemment, la FIFA a infligé des sanctions sévères à la fédération sénégalaise de football à la suite des jets de bouteille, des lasers et de la mauvaise organisation lors de ce choc. Attendu au tournant par la FIFA et la CAF, la FSF compte réussir le match de l’organisation lors de la réception des Ecureuils. « Nous sommes à vingt-quatre heures de ce premier match des éliminatoires de la CAN Côte d’Ivoire 2023. A ce stade nous pouvons considérer que tous ces aspects préparatifs sont bien tenus, nous sommes au beau fixe », a dit Augustin Senghor, le président de la Fédération sénégalaise de football.

Ni lasers, ni jets de bouteille 


Point noir du dernier match des Lions contre les Pharaons, les fédéraux veulent pacifier le stade et sensibiliser les supporteurs pour éviter tout débordement. « Nous tenons à ce que les Sénégalais viennent en masse au stade. Nous voulons que tout se passe bien, dans le fair-play, pas de lasers, jets d’eau. La vente des billets se passe bien. Nous sommes revenus à la billetterie classique accompagnée de protection. Et surtout nous revenons aux bracelets pour que chacun sache où il doit aller. Hier, nous avons fait le déplacement avec la société qui gère les tickets pour mieux maîtriser. Nous sommes allés voir comment gérer les flux. Des barrières seront séparées, et je pense que ce sera important pour réussir l’organisation », a indiqué Me Senghor sur FSF TV.

600 GMI, 800 gendarmes

Alors que le contrôle aux portes était trop laxiste, les organisateurs veulent que les forces de l’ordre soient plus vigilantes pour éviter que les objets interdits ne fassent éruption dans le stade. « La fouille sera stricte. Ce n’est plus la même chose que lors du match contre l’Egypte. Nous venons de payer une lourde amende de 112 millions. La Fédération a reconduit le même dispositif avec 600 GMI, 25 agents BIP, 800 gendarmes, 200 sapeurs, 200 policiers, 200 stadiers. Il n’y aura pas de billets à vendre au stade » prévient le patron du football sénégalais.

 

Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A voir

Annonce

Plus Football