Nous suivre
blank

Equipe nationale

Plainte de l’Egypte : La « Téranga » pour ceux qui respectent le Sénégal

La fédération égyptienne joue au jeu du mauvais perdant avec une plainte devant la FIFA pour insultes et racisme envers leurs joueurs. Une décision qui montre que Mohamed Salah et sa sélection ont la mémoire sélective.

 

A la fin de la qualification devant l’Egypte pour la coupe du monde Qatar 2022, les égyptiens ont eu du mal à digérer une deuxième défaite cruciale en quelques semaines face à la même équipe. Au lieu d’être bon joueur et accepter sportivement ce que les dieux du football ont décidé, la fédération égyptienne décide de déposer une plainte contre le Sénégal pour racisme et violence en leur encontre dans le but de salir une victoire obtenue au bout de l’effort. Dans leur document, ils se plaignent à la FIFA et à la CAF, d’insultes du public sénégalais envers leurs joueurs, de l’utilisation de lasers contre les Pharaons et de racisme. Deux actes vus au Caire lors du match aller et que ces mêmes autorités égyptiennes ont oublié de mentionner dans leur plainte. En zone mixte après le match retour, Edouard Mendy a rafraichi les mémoires. « A l’aller, on a tous vu ce qu’il s’est passé mais vous avez vu aucun membre de l’équipe se plaindre de ça (les lasers, NDLR). Cela montre à quel point on avait confiance en nous » disait-il. Dans ce document, ils ont omis de mentionner le but illicite de Mohamed Salah que la VAR a oublié de visionner. Les vidéos des insultes sur Sadio Mané lors de la reconnaissance de la pelouse et de l’échauffement à l’aller ont fait le tour de la toile. Et pour les lasers, l’histoire est présente pour énumérer le nombre de fois que les égyptiens, à domicile, utilisent constamment cet appareil pour déstabiliser l’adversaire. « L’arroseur arrosé » n’a pas voulu reconnaitre que ses joueurs ont juste raté leur geste technique lors de la séance de tirs au but comme Kalidou Koulibaly et Saliou Ciss ont aussi mis en échec à cause de la même raison.

La fédération égyptienne est amnésique quand ils accusent le Sénégal, un pays connu pour son accueil chaleureux de racisme et de violence. En 2019, lors de la cérémonie de remise de ballon d’or africain qui s’est déroulée au Sénégal, Mohamed Salah et les égyptiens se plaignaient moins. Accueilli comme une star, le Pharaon sacré devant Sadio Mané, cela n’a pas empêchait aux autorités sénégalaises de fêter ce ballon d’or à la hauteur du talent de Salah en envoyant Youssou Ndour en scène pour soutirer quelques pas de danse à l’égyptien au côté de Sadio Mané. Si tous les racistes se comportaient ainsi, le monde serait meilleur.

Cette fois-ci, le public sénégalais a imposé le respect en refusant de le quémander. Les sifflets lors de l’hymne national du Sénégal, le Lion Rouge était le goût d’eau qui a fait déborder le vase. Un geste qui a gratté le patriotisme de tout un chacun. Ce beau pays a longtemps respecté Mohamed Salah mais n’a pas oublié qu’il ne s’est pas dérangé pour se déplacer en 2020 lorsque Sadio Mané remporté le titre de ballon d’or africain. Les 50.000 sénégalais au stade Me Abdoulaye Wade ont décidé de montrer, une nouvelle fois, tout leur amour pour le meilleur joueur africain même si cela fruste les autorités égyptiennes. En attendant la réponse de la CAF et de la FIFA, les Lions seront à la coupe du monde 2022.

 

Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A voir

Annonce

Plus Equipe nationale