Connect with us

Equipe nationale

Aliou Cissé, enfin la reconnaissance!

Aliou Cissé a été nommé jeudi coach africain de l’année. Qui l’eût cru il y a quelque temps? Cette récompense intervient après presque sept années de galère où le sélectionneur des Lions de la Téranga a été sérieusement secoué. Malgré ses bons résultats bien avant le sacre du Sénégal au Cameroun. Ce titre remporté à Rabat lui permet de renforcer un peu plus sa légende dans un pays où on ne lui aura fait aucun cadeau.

Nul n’est prophète en son pays, a-t-on l’habitude de dire. Aliou Cissé est bien placé pour le savoir. A l’image de Sadio Mané, le sélectionneur national n’a pas échappé au lynchage médiatique. C’est peut-être une lapalissade de le dire, mais les sélections peuvent très souvent se transformer en enfer. Les gens sont de plus en plus exigeants. Anciens joueurs, consultants, journalistes, tous ont en tout cas allumé l’ancien capitaine de la génération 2002. Des critiques, pour la plupart, justifiées. Elles se sont intensifiées quelquefois. Pour certains, il tâtonnait, car ayant un faible background pour diriger la sélection. Pour d’autres, il ne se remettait pas assez en question et répétait les mêmes erreurs. Ce qui avait le don de les agacer. Ses conférences de presse étaient épiées. Ses incohérences faisaient le bonheur de ses détracteurs. Sur les réseaux sociaux, le surnom « El Tactico » lui est même attribué. Le but étant de le tourner en dérision et de se moquer de ses limites tactiques. Malgré des objectifs fixés toujours atteints, il ne parvient pas à faire l’unanimité. Sa tête est même réclamée par une partie des perfectionnistes après la finale perdue contre l’Algérie en 2019. Alors que de nombreux pays nous l’enviaient. Ce qu’on trouvait paradoxal. Car pour beaucoup, si le Sénégal ne gagnait pas la CAN, c’est parce qu’Aliou Cissé était considéré comme le talon d’Achille de cette belle génération.

Il concentre les critiques sur lui

Aliou Cissé a dû passer plusieurs nuits blanches. Sa relation avec une grande partie de la presse était inexistante. Leurs échanges se limitaient souvent aux conférences de presse. Il était rare de le voir accorder une interview aux journalistes sénégalais. En adoptant cette posture, il concentre les critiques sur lui. Il permet à ses joueurs d’échapper à de nombreuses diatribes. Bénéficiant de la confiance de la Fédération sénégalaise de football, qui a refusé de le démettre de ses fonctions, il a pu continuer sa mission. Cette patience des fédéraux a en tout cas payé. Car après deux rendez-vous manqués sur la scène continentale, Aliou Cissé a pu enfin mettre la main sur ce trophée qui nous échappait depuis plus d’un demi-siècle, la CAN. Une anomalie du football sénégalais corrigée. Ce sacre a permis de pacifier ses relations avec les journalistes et le public sénégalais. Beaucoup de ses compatriotes lui ont présenté leurs excuses. Sans être revanchard et avec humilité, qui contraste avec l’homme austère qu’on nous décrivait, il a eu le triomphe modeste. D’élément encombrant et indésirable, il est devenu un héros. Un homme dont l’histoire du Sénégal se souviendra éternellement.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles récents

Commentaires récents

Tags

More in Equipe nationale