Nous suivre
blank

Equipe nationale

Kalidou Koulibaly: « Quand tu fais partie d’une équipe africaine, tu es déjà un ou deux crans en-dessous selon les gens »

Kalidou Koulibaly s’est longuement entretenu avec Onze Mondial. Le capitaine des Lions de la Téranga ne s’est pas dérobé au cours de cet entretien avec le magazine français. Le champion d’Afrique a évoqué plusieurs sujets, dont le statut du joueur africain, peu valorisé, et le choix (tardif) des binationaux. 

Le joueur africain est sous-coté. C’est une lapalissade. « Je pense que oui, reconnait Kalidou Koulibaly dans Onze Mondial. On voit que le jugement est basé sur ça, sur ton équipe nationale. Quand tu joues dans une sélection européenne, les gens pensent directement que tu es meilleur, car tu joues forcément au sein d’une nation européenne donc supérieure à une nation africaine. Quand tu fais partie d’une équipe africaine, tu es déjà un ou deux crans en-dessous selon les gens. C’est dommage de penser ainsi car c’est totalement faux. » Comment ne pas lui donner raison? Sadio Mané, Mohamed Salah et Naby Keïta, trois joueurs africains évoluant à Liverpool et titulaires chez les Scousers, vont tenter d’offrir à nouveau le trophée le plus convoité par les clubs européens à leurs supporters. « Ils ont tous gagné la Champions League. Ils n’ont à rougir devant personne, recadre le capitaine des Lions. Ce sont des joueurs qui font partie des meilleurs mondiaux. Ça ne doit pas être un frein pour jouer pour une sélection africaine. Les gens doivent se mettre dans la tête que l’Africain est vraiment un joueur de talent, un joueur qui mérite vraiment son respect. Tout le monde doit respecter le football africain, et nous les Africains, les premiers. » D’ailleurs, le Sénégalais et l’Égyptien sont cités parmi les prétendants dans la course au Ballon d’Or.

Le choix tardif des binationaux

C’est un sujet qui alimente très souvent les débats. La plupart des joueurs d’origines sénégalaises s’accordent une (longue) période de réflexion avant de trancher. Ce choix tardif des binationaux est parfois difficile à digérer pour certains Sénégalais. Kalidou Koulibaly, qui a été dans ce cas, s’en est expliqué. « (…) Je suis venu tard. J’ai rejoint l’équipe nationale du Sénégal à 24 ans alors que j’avais déjà été sollicité une ou deux années auparavant. C’est vrai que c’est une réflexion à avoir, tout le monde veut jouer pour les sélections françaises », concède-t-il. Ce que le défenseur du Napoli a fini par regretter. « Mais après quand tu réalises que tu as perdu du temps, tu t’en mords les doigts. Personnellement, je m’en suis vraiment mordu les doigts, déplore -t-il. Je savais que le Sénégal pouvait m’offrir la chance d’évoluer au niveau international, et malgré ça, j’ai attendu deux ans. En deux ans, ça fait une trentaine de matchs. Je n’ai pas pu jouer pendant 30 matchs avec mon équipe nationale et je m’en mords les doigts encore aujourd’hui. » Si seulement cette amertume de celui que l’on surnomme « le ministre de la défense » pouvait aider certains binationaux à être plus lucides…

 

Cliquez pour commenter

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A voir

Annonce

Plus Equipe nationale